La société des Guays loysirs

Tout jeune architecte à peine sorti de l’école des Beaux-arts, Georges rejoint la société des Guays Loysirs, fondée en avril 1879 par un certain Paul Labrouche. La comédie, la bouffonnerie, l’opérette ou encore l’opéra comique et les pièces de fantaisie sont les activités de cette société formée de gens d’âges divers, qui ne se prennent pas trop au sérieux. Les spectacles présentés, le plus souvent des reprises de pièces d’auteurs connus, ont comme titres : La poudre aux yeux, Le mariage aux lanternes, La consigne est de ronfler, Les deux aveugles, Le quadrille des lanciers etc. Peu après son adhésion à la société, Georges tient le rôle de Ratinois dans La Poudre aux yeux le 30 mai 1879. Au fil des années, avec deux ou trois autres sociétaires, il se charge de dessiner les programmes ou de réaliser les décors, tout en interprétant une dizaine de rôles au total. Membre actif des Guays Loysirs, Georges dévoile un caractère qui correspond peu à celui que l’on brosse de lui habituellement, autoritaire et patriarcal. A plusieurs occasions dans sa vie, il surprendra ses proches grâce à son humour autant inattendu que décalé.

 

 * Activités de la société des Guays Loisirs. Doté d'un caractère assez austère, Georges révéla une caractéristique peu connue de sa personnalité dans cette société des "Guays Loisirs". A découvrir dans le fichier ci-dessous et à travers les documents de la société. A noter : Georges est souvent représenté (il est le personnage de gauche sur le dessin ci-dessous).

Clic sur l'image :   Les 2 aveugles2  

* Un article lu dans le journal "Gil Blas", n°826 du 21 février 1882 :

"Sous le titre de Société des Guays loisirs, des amateurs intelligents se sont réunis depuis plus d'un an pour jouer des pièces de théâtre dans les salons amis. Il nous a été donné d'assister, ces jours derniers, à deux représentations où ces amateurs se sont révélés artistes consommés. D'abord, chez un de nos jeunes architecte, monsieur Georges Balleyguier où se pressait une société élégante qui a applaudi de bon cœur l'amusante comédie de MM. Granger et Thiboust, la Consigne est de ronfler, interprétée avec une verve et un esprit parfaits par Mlle Planchat et M. Delomé ; puis, dans les salons artistiques et littéraires de M. Eugène Loudun, A la porte, de Verconsin, dont les rôles étaient remplis par Mlle Planchat et MM. Delomé et G. Balleyguier. Ajoutons qu'à ces deux séances a été distribué un programme admirablement composé et dessiné par le peintre Zier, l'auteur de Judith et de la Mort de la fiancée de Roland, deux tableaux fort remarqués aux derniers Salons."

 

Le quotidien a pour maxime : Amuser les gens qui passent, leur plaire aujourd'hui et recommencer le lendemain.

 

Voir les documents de la société des Guays loysirs

Date de dernière mise à jour : 28/06/2020