UA-125858758-2

Des Beaux-arts aux Monuments Historiques

Intégré le 21 juillet 1913 au corps des "architectes en chef des monuments historiques", Georges est chargé du département du Doubs, puis du département du Jura en 1919, de la Haute-Savoie et du Rhône en 1921. L’essentiel de sa carrière d’architecte est consacré à la sauvegarde du patrimoine. Ses interventions sont multiples et variées, de la restauration d’une cheminée ou d’une lanterne à la sauvegarde d’un immeuble ou d’un site remarquable. Sa nomination d’architecte en chef des monuments historiques est la reconnaissance de ses compétences dans ce domaine. Curieusement, il ne s’installera jamais en dehors de la capitale, gardant son cabinet à Paris, sur la rive gauche de la Seine.

 

* Du diplôme d'architecte : La chronique de Georges Balleyguier dans le journal l'Immeuble et la construction dans l'Est du dimanche 6 mai 1894.

Dans son article Georges pose et répond à trois questions importantes à cette époque ou un dipôme ne couronnait pas encore la fin des études d'architecture :

1/ Qu'est-ce qu'un architecte ?     2/ Quest-ce qu'un diplôme ?     3/ Faut-il donner un diplôme aux architectes ?

  Chronique diplome architecte  Chronique : Du diplôme d'architecte (3.91 Mo)

 

* Illustration des propos de Georges dans l'article "Du diplôme d'architecte" ci-dessus. La Petite remise est un texte humoristique de 1892 sur les mésaventures de monsieur Magloire qui avait commandé la construction de sa maison à un soit-disant "archetèque". Extrait du journal l'Architecture.

La petite remise monsieur magloire (31.74 Ko)

 

* Admission de Georges Balleyguier à la Société Centrale (SC) des architectes.

  Admission sc 2  Annonce parue dans le journal l'Architecture.(131.17 Ko)

 

* Loi du 31.12.1913 sur les Monuments historiques :

   Loi mh  12 pages   

Plaque michelin Type de poteau Michelin que l'on trouve encore aujourd'hui. Ici, au sommet du Puy de Dôme au mois d'août 2016.

 

 * Loi de séparation des églises et de l'Etat - 1905 -:

  loi-de-separation-des-eglises-et-de-l-etat.pdf

 

* Un article de la revue "La Demeure Historique ", n°191 du mois de décembre 2013 :

   Sauvee par la loi de 1913 Le château de la Grande Jaille, sauvé par la loi de 1913 et Georges Balleyguier. 5.02 Mo, 6 pages

 

 * Projet de restauration du cloître de l'abbaye Notre Dame de l'Assomption à Abondance (Hte Savoie)

Cloitre abbaye abondance 2 (549.04 Ko) 

Date de dernière mise à jour : 23/03/2020